Yun Sun LIMET

Nom : LIMET

Prénom : YUN SUN

 

Ouvrages de l'auteur sur le site : 1

" Interview :" 

Des livres et vous : "Qu’est-ce qui vous a amené à l’écriture ? "

Auteur :     

Du plus loin que je me souvienne, je crois que j’ai toujours voulu écrire. Avant même de savoir écrire , j’avais fabriqué des petits livres en papier avec des dessins. Ensuite, c’est un désir qui se heurte à « l’éducation », à la rencontre de la littérature, à la découverte de ce continent des œuvres écrites depuis des siècles. C’est un peu paralysant plus tard. Il faut surmonter cette « timidité », oublier un peu que la littérature existe pour oser écrire soi-même et penser que cela peut avoir de l’intérêt. 

Des livres et vous : "Quels genres aimez-vous lire ?"

Auteur : 

Tous les genres m’intéressent. Mais les livres que je lis le plus, ce sont les essais et puis les romans et récits. Récemment, j’ai un regain d’intérêt pour les nouvelles. Je lis moins la poésie, mais je sais que c’est un tort, car c’est sans doute dans ce genre que se manifeste le plus la littérature comme travail de la langue, comme création d’un monde de mots. Mais cela demande une disponibilité, ce genre de lecture ressemble davantage à de la méditation. 

Des livres et vous : "En tant que lecteur, quel roman a marqué votre adolescence ? Quel roman jeunesse conseilleriez-vous aux internautes ?"

Auteur :

J’ai été très marquée par Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier. Et aussi par L’Attrape-Cœur de J.D. Salinger, un écrivain américain des années 50. Aujourd’hui, je ne sais pas si ce sont des œuvres qui parlent encore à la jeunesse. Le Grand Meaulnes est pourtant une histoire d’amitié entre deux adolescents et qui s’écoule sur une vie entière, traversée par des amours, des éloignements. L’Attrape-cœur est l’histoire d’un collégien qui vient de se faire virer pour la énième fois de son établissement, le livre raconte à la fois ses souvenirs dans ce collège et puis son équipée dans New York avant de rentrer dans sa famille avec la mauvaise nouvelle de son renvoi, juste avant Noël. J’avais été très touchée par les réflexions sur la vie de ce Holden Caufield, ses relations avec sa petite sœur Phoebe, son grand frère qui a réussi à Hollywood. Je pense que ces réflexions sont universelles et qu’elles peuvent toucher encore aujourd’hui. Et dans ce style inimitable, très parlé et pourtant très travaillé et qui est une prouesse de traduction par Annie Saumont dans l’édition que j’avais lue.                              

Des livres et vous : "Vos livres peuvent-ils être lus par un public d’adolescents ? "

Auteur : 

: Je crois oui. Les thématiques ne sont pas forcément liées à leur univers (la perte d’un frère jeune, le parcours d’un musicien, le journal d’un jeune caissière en 1993, etc.) mais j’écris sans fioriture, dans un style assez direct, il n’y a donc pas, je pense, d’obstacle lié à la langue. La frontière entre les livres écrits spécifiquement pour les adolescents ou non est assez artificielle. Il faut que le lecteur, même à 15 ans, puisse ressentir qu’il se passe quelque chose dans son esprit quand il lit, et pour cela, il n’y a pas de « recette » particulière. 

Des livres et vous : "Quelles difficultés rencontrez-vous dans la rédaction d’un roman ? Combien de temps mettez-vous entre la naissance d’un roman et son point final ?"

Auteur : 

: C’est difficile à déterminer car la « naissance » d’un roman est souvent lié au départ à un désir de livre, d’histoire, et  que ce désir peut vous habiter des années durant sans qu’il se concrétise dans un travail précis. C’est ce qui m’est arrivé au moins pour deux de mes livres. Ensuite, lorsque le désir se cristallise, je dirais que je mets un an environ, avec des périodes plus ou moins intenses de travail. La période vraiment intense dure environ 6 mois. 

Des livres et vous : "Où et quand écrivez-vous généralement ?"

Auteur : 

Jusque récemment, j’écrivais surtout le soir, de 21 h environ (heure où les enfants sont censés être au lit) à minuit. Mais d’une part, j’ai des enfants qui grandissent et qui ne sont plus au lit, lampe de chevet éteinte à 21h et avec qui il faut être présent plus tard, car cela peut justement être des moments privilégiés de conversation. D’autre part, j’ai été assez gravement malade l’année dernière et je n’ai plus pour le moment la force physique de cette « deuxième » journée de travail la nuit. J’espère que cela reviendra. Mais en tout cas il me faudra trouver un nouveau mode d’organisation car, dans l’écriture, c’est extrêmement important d’avoir une régularité, une discipline. 

Des livres et vous : "Comment vous sentez-vous lors de la publication d’un livre ?"

Auteur : 

Curieusement pas si enthousiaste que cela. Ce qui est important, bien sûr, c’est qu’un éditeur accepte de vous publier, ce qui est de plus en plus difficile, à vrai dire. Mais une fois cet obstacle franchi, lorsque le livre paraît, je suis déjà passée à autre chose. Les délais dans l’édition sont devenus tels que souvent, c’est une sorte de souvenir déjà l’écriture du livre qui paraît… Ceci dit, les retours de lecture sont alors importants. Pour peu que des personnes vous disent qu’ils ont aimé, que la lecture a été un moment agréable ou important pour eux, cela justifie pleinement les difficultés rencontrées dans l’écriture et la publication. Et c’est cela qui compte. 

Des livres et vous : "Des infos sur votre prochain roman ?"

Auteur : 

Comme je disais avant, je m’intéresse à nouveau aux nouvelles et j’ai en tête une sorte de recueil mais qui n’en serait pas un complètement (un lien narratif entre les différentes histoires), qui s’appellerait Ferry Tales, avec le jeu de mot sur ferry et fairy tales (contes de fée). 

 

"Tribune libre :"

Les adolescents d’aujourd’hui sont, c’est une banalité de le dire, les adultes de demain. C’est donc de cette génération que dépendent bien des choses dans le monde à venir. Et en particulier, l’état de la culture. C’est donc aujourd’hui que se forgent des valeurs et des convictions qu’ils pourront mettre en œuvre en tant qu’adultes. N’oubliez donc pas les arts, ce qui fait notre différence avec le reste du règne animal. Toutes ces réalisations qui n’ont pas pour but premier le profit ou l’argent. Il faut donc lire, écouter, voir beaucoup, et inventer ! Inventez et soyez libres !