Vincent VILLEMINOT

Nom : VILLEMINOT

Prénom : Vincent

Date de naissance : février 1972

Ouvrages de l'auteur sur le site : 4

" Interview :" 

Des livres et vous : "Qu’est-ce qui vous a amené à l’écriture ? Que faisiez-vous avant d’être écrivain ?"

Auteur :  -Avant décrire des fictions, j’étais journaliste, c’est à dire que pendant dix ans, je me suis promené dans un certain nombre de pays, puis en France dans différents endroits dont j’ignorais tout, pour raconter ce qui s’y passait : un bon apprentissage pour planter un décor, des personnages… Même si le reste du métier n’a rien à voir. Un jour, un éditeur chez qui j’écrivais un bouquin d’interview m’a demandé un peu par hasard d’écrire une histoire pour les enfants de 6-7 ans, l’âge de mon fils à l’époque. Cela m’a plu, il y en a eu d’autres, et lorsque j’ai quitté mon premier métier, je me suis lancé à temps plein dans la fiction jeunesse, écrivant de plus en plus long et de plus en plus « adulte », au fur et à mesure que mes enfants grandissent. Une histoire de circonstances et de rencontres, donc, même si la passion de lire préexistait.  

 

Des livres et vous : "Quels genres aimez-vous lire ?"

Auteur : -Aujourd’hui, j’ai laissé tomber le polar ou le roman noir, que j’ai lu longtemps. Je lis beaucoup de tout, avec une prédilection pour la littérature de voyage, et aussi quelques classiques qui m’avaient échappé ou m’étaient tombés des mains, plus jeune.

 

Des livres et vous : "En tant que lecteur, quel roman a marqué votre adolescence ? Quel roman jeunesse conseilleriez-vous aux internautes ?"

Auteur : - Le roman qui a le plus impressionné mes 10 ans était sans doute L’Appel de la Forêt, de London (ou la Guerre du feu, de Rosny ?). Plus âgé, j’ai découvert Steinbeck (Des souris et des Hommes), Orwell (1984), qui ont écrit de vrais chefs d’œuvre, que je relis régulièrement. Enfin, vers 15 ans, j’ai vécu deux ans de passion exclusive pour Dostoievski, notamment Crime et Châtiment… C’est une lecture indispensable, je crois, mais ardue, je préviens chacun !

                             

Des livres et vous : "Vos livres sont-ils tous destinés à un public d’adolescents ? Pourquoi vous adresser à ce type de public ?"

Auteur : - Pas mal d’adultes me lisent. Mais j’aime écrire d’abord pour les ados, sans doute parce que mes enfants ont leur âge… Et aussi, surtout, parce qu’en m’adressant à des ados, j’évite de raconter ma vie, de m’intéresser à mon nombril, qui n’est guère passionnant ; ou de faire des références qui n’intéressent que moi. En écrivant pour des lecteurs qui n’ont pas mon âge, je suis sommé de me concentrer avant tout sur ce que nous avons en commun : cette histoire que je raconte… Je ne peux pas supposer que nous avons des souvenirs communs, une culture commune. Chaque chose doit être précisée (même inutile, même décorative), ou bien mise de côté… Et cela m’intéresse, cela me donne aussi une immense liberté.

 

Des livres et vous : "Quelles difficultés rencontrez-vous dans la rédaction d’un roman ? Combien de temps mettez-vous entre la naissance d’un roman et son point final ?"

Auteur : - Le temps passé est très variable, entre trois et onze mois. C’est de plus en plus long, soit que je devienne lent, soit que je sois plus exigeant qu’au début. Quant aux difficultés, elles arrivent lorsqu’on ne sait pas exactement ce que l’on fait. Lorsque les personnages sont nés, lorsqu’on sait l’histoire qu’on veut raconter, des doutes surviennent, une scène résiste parfois à mon écriture, la structure change, le rythme… mais ce n’est qu’affaire de temps et de travail.

 

Des livres et vous : "Où et quand écrivez-vous généralement ?"

Auteur : -Partout et souvent. Je peux poser mon ordi portable dans un train, un café, un jardin. J’ai un bureau chez moi, mais en général, j’écris dans mon salon, sur la table de déjeuner… et je ne m’enferme dans mon antre que pour les dernières semaines du roman, lorsque j’écris parfois vingt heures par jour !

 

Des livres et vous : "Comment vous sentez-vous lors de la publication d’un livre ?"

Auteur : - Comme la veille et le lendemain, à ceci près que j’envoie un petit mail à l’éditeur. L’émotion, en fait, vient bien avant : lorsque j’ai fini le livre, le jour où je l’envoie à l’éditeur ; et le jour où l’éditeur l’accepte (surtout si c’est avec un certain enthousiasme). En général, à la parution d’un roman, je suis en plein dans l’écriture du suivant.

 

Des livres et vous : "Des infos sur votre prochain roman ?"

Auteur : - Ce sera un pur Thriller, sans fantastique, autour des réseaux sociaux, des cauchemars et de l’anarchie… J’ai dix personnages principaux, une dizaine de villes-décors, pas mal de scènes impressionnantes. Je viens de le terminer, il s’appelle Réseau(x), sort le 29 août… Et je le trouve plutôt réussi, ce petit (500 pages quand même, en attendant le T2 !) dernier.